Pour découvrir toutes les fonctionnalités de ce site, les cookies sont nécessaires. Activez les cookies et actualisez votre navigateur. Après la mise à jour, une fenêtre de gestion des cookies s’affichera.

Ce site utilise des cookies pour des raisons de fonctionnalité, de confort, et de statistiques. Vous pouvez modifier ce paramètre à tout moment en cliquant sur "changer les réglages". Si vous consentez à l’utilisation de cookies, cliquez sur "oui, je suis d'accord". Notre politique de confidentialité

Agriculture intelligente : élimination durable des mauvaises herbes dans les champs

Agriculture intelligente : élimination durable des mauvaises herbes dans les champs

Grâce à la coopération de recherche entre Bosch et Bayer, la ferme passe au numérique

 
 
 

Contacts


Isabel Lebon
Agence Peter & Associés
Téléphone + 33 1 42 59 73 95

 

Harald Frank-Lerendu
Directeur de la Communication
Robert Bosch (France) SAS
C/CCR-FR; C/AGR-FR
32, avenue Michelet
93400 Saint-Ouen
France
Téléphone
+33 (0)1 40 10 71 11

 

13.09.2017 | France

Agriculture intelligente : élimination durable des mauvaises herbes dans les champs

Grâce à la coopération de recherche entre Bosch et Bayer, la ferme passe au numérique

- Les herbicides ne sont utilisés que là où ils sont réellement nécessaires

- Avec la nouvelle technologie, les agriculteurs peuvent faire un usage plus efficace des produits phytosanitaires

- Markus Heyn, membre du Directoire de Bosch : « La pulvérisation intelligente permet une élimination durable des mauvaises herbes dans les champs. Les rendements sont assurés tout en préservant l’environnement. »

- Tobias Menne, directeur du Digital Farming chez Bayer : « Nous voulons emprunter ensemble de nouvelles voies en associant diverses technologies et compétences. »

Stuttgart / Monheim, Allemagne – Alors que la population mondiale augmente, les surfaces agricoles par habitant diminuent. Selon des prévisions de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les agriculteurs devront cependant augmenter leur production de près de 50 % d’ici 2050, en appliquant des méthodes durables, pour pouvoir nourrir la population mondiale. Afin de résoudre cette équation, l’agriculture a besoin de produits phytosanitaires et d’innovations techniques, qui tous deux devront être aussi écologiques que possible. C’est dans ce but que Bosch et Bayer viennent de joindre leurs forces. Dans le cadre d’une coopération de recherche prévue sur une durée de trois ans, les entreprises développeront la technologie de la pulvérisation intelligente ou smart spraying, grâce à laquelle l’utilisation des produits phytosanitaires gagnera en efficacité. « La pulvérisation intelligente permet une élimination durable des mauvaises herbes dans les champs. Les rendements sont assurés tout en préservant l’environnement », explique Markus Heyn, membre du Directoire de Robert Bosch GmbH. Le concept de recherche sera présenté lors de l’édition 2017 du salon Agritechnica de Hanovre.

Pulvériser et préserver

Dans les champs, les cultures telles que le blé ou le maïs sont en compétition avec les mauvaises herbes pour l’eau, les nutriments et l’exposition au soleil. Résultat : une baisse des récoltes. Pour lutter efficacement contre les adventices, la seule possibilité actuellement est bien souvent l’utilisation d’herbicides sur une large échelle, bien que les mauvaises herbes ne soient pas réparties uniformément dans les champs. Les récoltes et les terres agricoles sont ainsi elles aussi aspergées de produits phytosanitaires, ce qui peut avoir un impact sur l’environnement. « Avec Bosch, nous voulons emprunter de nouvelles voies en associant différentes technologies afin que les herbicides ne soient utilisés que là où ils sont réellement nécessaires », explique Tobias Menne, qui dirige la division Digital Farming de Bayer. Au début de leur développement notamment, les adventices sont très difficiles à identifier. Grâce à des capteurs caméra, la nouvelle technologie de pulvérisation intelligente est capable de distinguer les cultures des adventices et de pulvériser des produits phytosanitaires de manière ciblée sur ces dernières, au moyen d’une technique d’application spéciale et pour le plus grand bénéfice de l’environnement. « Avec le smart spraying, nous amenons davantage d’intelligence dans les champs », précise Johannes-Jörg Rüger, le Président de la division Commercial Vehicles and Off-Road de Bosch. La différence par rapport aux systèmes proposés actuellement sur le marché consiste en ce que ces derniers ne proposent qu’une « détection verte », sans pouvoir distinguer les cultures des mauvaises herbes.

Droit au but

Le principe de fonctionnement est le suivant : avant que l’agriculteur ne se rende dans ses champs, un « gestionnaire de champs » numérique l’aide à évaluer la situation dans le champ et préconise le moment optimal pour traiter les mauvaises herbes. La détermination exacte de ces mauvaises herbes et la pulvérisation de produits phytosanitaires interviennent en une seule étape, lors du passage du pulvérisateur. Plusieurs caméras réparties sur toute la largeur de travail du pulvérisateur prennent des photos en continu, ce qui permet d’identifier les différentes adventices et de définir le traitement optimal. Au cours du même passage, l’herbicide est pulvérisé de manière ciblée sur les adventices concernées, en quantité et selon le mélange requis, et sur la base de paramètres d’application adaptés. Et les zones sans mauvaises herbes ne sont pas traitées. Tout cela intervient très rapidement, en quelques millisecondes seulement.

« La pulvérisation intelligente représente une formidable avancée dans la lutte contre les adventices », explique Björn Kiepe, le responsable Agronomie au sein de Digital Farming chez Bayer. « Nous combinons une technologie moderne d’identification des mauvaises herbes avec la possibilité d’appliquer différentes substances actives en fonction de la situation. Ce processus est d’une très grande précision, avec une résolution spatiale inférieure à un mètre. Cela facilitera la tâche des agriculteurs pour pratiquer une protection des cultures durable. » Autre point très important : le système prend en compte les prétraitements, les interactions entre les différentes substances actives et le meilleur degré d’efficacité possible des herbicides utilisés afin d’éviter que les adventices ne développent une résistance.

La recherche Bosch met l’accent sur les capteurs d’une haute efficacité, les procédés d’analyse intelligents et le système de pulvérisation sélective. Dans le cadre de ce partenariat avec Bosch, Bayer apporte sa grande expérience dans les domaines des systèmes d’information géographique (SIG), incluant le développement d’algorithmes servant de base aux décisions agronomiques, la protection intégrée des plantes, la technologie de formulation et la technologie d’application.

La France aussi à l’initiative d’un projet pour l’agriculture intelligente

En France, la division Bosch Engineering développe également un produit destiné au marché de l’agriculture connectée. Il s’agit d’un système fixe placé dans une parcelle représentative, au cœur du champ et permettant aux agriculteurs de contrôler à distance l’apparition des stades ou l’état sanitaire de leur culture grâce à une caméra. L’objectif de ce système est de proposer une plateforme matérielle et logicielle adaptable à plusieurs types de cultures, capable en plus d’intégrer différents capteurs ou services déjà existants. Consultable sur tous supports numériques, il est à même de donner par exemple une information très locale sur l’état de stress hydrique ou prévenir l’apparition de maladies.

Contact presse :

Peter & Associés

Isabel Lebon/Patricia Jeannette

ilebon@peter.fr/pjeannette@peter.fr

Tél : + 33 1 42 59 73 40

Le Groupe Bosch est présent en France depuis 1899 et a ouvert à Paris en 1905 son premier site de production à l’étranger. Avec 23 sites en France, dont 10 ont une activité Recherche & Développement, toutes les activités du Groupe sont aujourd’hui représentées dans l’Hexagone. En 2016, avec un effectif d’environ 7 600 personnes, Bosch France a réalisé un volume d’affaires de plus de 3 milliards d’euros sur le territoire national.

Le Groupe Bosch est un important fournisseur mondial de technologies et de services. Avec un effectif d’environ 390 000 collaborateurs dans le monde (au 31/12/2016), le Groupe Bosch a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 73,1 milliards d’euros. Ses activités sont réparties en quatre domaines : Solutions pour la mobilité, Techniques industrielles, Biens de consommation et Techniques pour les énergies et les bâtiments. En tant que société leader de l'Internet des objets (IoT), Bosch propose des solutions innovantes pour les maisons intelligentes, les villes intelligentes, la mobilité connectée et l'industrie connectée. Le Groupe utilise son expertise en matière de technologie des capteurs, de logiciels et de services, ainsi que de son propre Cloud IoT pour offrir à ses clients des solutions inter-domaines et connectées à partir d'une source unique. L’objectif stratégique du Groupe Bosch s’articule autour des solutions pour la vie interconnectée. Avec ses produits et services à la fois innovants et enthousiasmants, le Groupe Bosch entend améliorer la qualité de la vie en proposant dans le monde entier des « Technologies pour la vie ». Le Groupe Bosch comprend la société Robert Bosch GmbH ainsi qu’environ 440 filiales et sociétés régionales réparties dans près de 60 pays. En incluant les partenaires commerciaux, le Groupe Bosch est alors présent dans la quasi-totalité des pays du globe. Ce réseau international de développement, de fabrication et de distribution constitue l’élément clé de la poursuite de la croissance du Groupe. Bosch emploie 59 000 collaborateurs en recherche et développement répartis dans 120 sites.

L’entreprise a été créée par Robert Bosch (1861-1942) en 1886 à Stuttgart sous la dénomination « Werkstätte für Feinmechanik und Elektrotechnik » (Ateliers de mécanique de précision et d’électrotechnique). La structure particulière de la propriété de la société Robert Bosch GmbH garantit la liberté d’entreprise du Groupe Bosch. Grâce à cette structure, la société est en mesure de planifier à long terme et de réaliser d’importants investissements initiaux pour garantir son avenir. Les parts de capital de Robert Bosch GmbH sont détenues à 92 % par la fondation d’utilité publique Robert Bosch Stiftung GmbH. Les droits de vote liés à ce capital social sont confiés majoritairement à la société en commandite Robert Bosch Industrietreuhand KG, qui exerce la fonction d’associé actif. Les autres parts sont détenues par la famille Bosch et par la société Robert Bosch GmbH.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site:

www.bosch.com

www.bosch-press.com

www.twitter.com/boschfrance