Actualités

Pendant la crise du coronavirus, Bosch poursuit les innovations technologiques et ses actions dans la protection du climat

29.04.2020

Préparation à la reprise progressive des activités industrielles

bosch highlight
bosch press figures
bosch RD
bosch vivalytic covid 19
bosch energy management
bosch mexico carbon neutrality
bosch thermotechnik
industrie 4 0 industrie du futur manufacturing bosch
  • Test de dépistage rapide du COVID-19 avec Vivalytic
  • Production de masques et de produits désinfectants
  • Perspectives 2020 : impact de la récession due à la crise du coronavirus
  • Neutralité carbone : les objectifs du Groupe pour la protection du climat seront atteints en 2020
  • Nouveau : création d’une société de conseil pour une économie neutre en CO2
  • Offensive technologique : dans le domaine de l’hydrogène

Exercice 2019 : chiffre d’affaires de 77,7 milliards d’euros

Résultat d’exploitation de 3,3 milliards d’euros

Stuttgart (Allemagne) – Après une interruption ce mois-ci des activités de production sur près de 100 sites dans le monde, le Groupe Bosch se prépare méthodiquement à une reprise progressive. « Nous voulons répondre à la demande de nouveau croissante de nos clients de manière fiable et contribuer à une reprise de l’économie mondiale aussi rapide que possible », a déclaré Volkmar Denner, Président du Directoire de Robert Bosch GmbH, lors de la conférence de presse annuelle du Groupe Bosch. « Notre objectif est de synchroniser la relance de la production et la sécurisation des chaînes d’approvisionnement, en particulier dans la production automobile. Nous y sommes déjà parvenus en Chine. Nos quelque 40 usines locales produisent de nouveau et les chaînes d’approvisionnement sont stables. Dans les autres régions, nous mettons tout en oeuvre pour y parvenir. » Selon Volkmar Denner, pour relancer la production avec succès, l’entreprise doit mettre en place de nombreuses mesures pour assurer la protection adéquate des collaborateurs contre le risque de contamination par le coronavirus. Bosch mise également sur une approche coordonnée et conjointe avec les clients, les fournisseurs, les autorités et les représentants du personnel.

Contribution à la lutte contre la pandémie du Covid-19

« Partout où cela est possible, nous voulons apporter notre savoir-faire pour lutter contre la pandémie, par exemple avec notre test rapide Covid-19 développé récemment et notre analyseur Vivalytic », a déclaré Volkmar Denner. « La demande est très forte. Nous faisons tout pour augmenter la production de manière significative et nous allons la multiplier par cinq par rapport aux prévisions précédentes d’ici la fin de l’année », a déclaré Volkmar Denner. Bosch veut produire plus d’un million de tests rapides en 2020, et trois millions l’année prochaine. L’analyseur Vivalytic doit d’abord être utilisé dans les hôpitaux et les cabinets médicaux en complément des tests de laboratoire actuels, et avant tout pour protéger le personnel médical, pour lequel la disponibilité rapide des résultats des tests en moins de deux heures et demie, est décisive. Le test de dépistage rapide est déjà disponible en Europe, il peut être utilisé « uniquement pour un usage de recherche », après validation. Bosch devrait recevoir d’ici fin mai le marquage européen CE. Un test encore plus rapide, permettant de diagnostiquer la maladie COVID-19 de manière fiable en moins de 45 minutes, est en phase finale de développement. « Cette innovation illustre parfaitement notre devise, Des technologies pour la vie », a souligné Volkmar Denner.

Bosch a déjà commencé à fabriquer des masques qui protègent le nez et la bouche. Déjà 13 usines Bosch implantées dans neuf pays, de Bari en Italie à Anderson aux États-Unis, en passant par Bursa en Turquie, produisent déjà ces masques pour répondre à leurs besoins locaux. Par ailleurs, l’entreprise construit actuellement deux lignes de production entièrement automatisées sur le site de production de Stuttgart-Feuerbach – d’autres lignes de production suivront à Erbach (Odenwald) ainsi qu’en Inde et au Mexique. « En l’espace de quelques semaines seulement, nos équipes ont su concevoir les machines nécessaires », a précisé Volkmar Denner. Bosch a également mis gratuitement les plans de construction à la disposition d’autres entreprises. Au total, la production peut atteindre plus de 500 000 masques par jour. Cette production de masques vise à protéger les collaborateurs Bosch dans les usines du monde entier. Par ailleurs, le but est également de les proposer à des tiers en dehors de l’entreprise. Pour cela, une autorisation spécifique au pays sera nécessaire. En outre, Bosch fabrique 5 000 litres de produit désinfectant par semaine en Allemagne et aux États-Unis pour approvisionner ses collaborateurs dans les usines américaines et européennes. « Nos collaborateurs accomplissent de grandes choses ici », a souligné Volkmar Denner.

Évolution de l’économie mondiale en 2020 : la récession assombrit les perspectives

Au regard de l’exercice en cours et de la pandémie de Covid-19, Bosch s’attend à des défis majeurs pour l’économie mondiale : « Nous nous préparons à une récession globale qui pèsera lourdement sur notre activité en 2020 », a déclaré Stefan Asenkerschbaumer, Directeur financier et vice-président du Directoire de Bosch. Bosch prévoit à date pour la production automobile une réduction d’au moins 20 % sur la base des effets connus jusqu’à présent. Au premier trimestre 2020, le chiffre d’affaires du Groupe Bosch a chuté de 7,3 % et atteint un niveau nettement inférieur à celui de l’année précédente. Pour le seul mois de mars 2020, la baisse s’élevait à 17 %. Compte tenu des nombreux impondérables, l’entreprise n’est pas en mesure d’établir une prévision sur l’année. « Nous devons redoubler d’efforts pour atteindre au minimum un résultat équilibré », a ajouté Stefan Asenkerschbaumer. « Dans cette crise profonde, une fois encore, le fait d’être diversifié, avec différents secteurs d’activité, se révèle être un atout. »

Actuellement, l’accent est mis sur des mesures étendues de réduction des coûts et de garantie des liquidités. Il s’agit notamment de mesures de réduction du temps de travail et de réduction de la production sur de nombreux sites à travers le monde, de réduction de salaire pour les cadres supérieurs, y compris les membres du Directoire, et de l’allongement de la durée des investissements. Dès le début de l’année 2020, Bosch a lancé un vaste programme pour améliorer sa compétitivité. « Notre objectif est le retour à une marge d’exploitation d’environ 7 % à moyen terme, sans négliger les missions essentielles pour notre avenir », explique Stefan Asenkerschbaumer. « Nous y travaillons sans relâche, tout en poursuivant nos efforts pour lutter contre la pandémie. C’est ainsi que nous parviendrons à constituer les bases financières nécessaires pour exploiter les grandes perspectives d’avenir pour Bosch. »

Protection du climat : Bosch poursuit des objectifs résolument ambitieux

Malgré la situation actuelle difficile, Bosch maintient son cap stratégique à long terme : le Groupe poursuit des objectifs de protection du climat résolument ambitieux et développe les activités nécessaires pour une mobilité durable. « Même si d’autres sujets sont actuellement au centre des préoccupations, nous ne devons pas perdre de vue l’avenir de notre planète », a déclaré Volkmar Denner.

Bosch a annoncé il y a tout juste un an être la première entreprise industrielle internationale à parvenir à la neutralité climatique d’ici fin 2020 sur l’ensemble de ses 400 sites dans le monde. « Nous atteindrons cet objectif », a déclaré Volkmar Denner. « Depuis fin 2019, tous nos sites en Allemagne sont maintenant neutres en émissions de CO2 et nous avons atteint 70 % de cet objectif sur nos autres sites dans le monde. » Afin d’assurer la neutralité en CO2, l’entreprise investit dans l’efficacité énergétique, augmente la part des énergies renouvelables dans l’approvisionnement énergétique, achète davantage d’électricité verte et compense les émissions inévitables de CO2. « La part des compensations de CO2 sera nettement plus faible que prévu en 2020 – seulement 25 % au lieu de près de 50 %. Nous progressons ainsi plus rapidement que prévu par l’amélioration de la qualité de nos actions », a déclaré Volkmar Denner.

Économie neutre en CO2 : création d’une nouvelle société de conseil

En matière de protection du climat, Bosch suit deux nouvelles voies en vue de multiplier ses efforts dans l’économie : l’un des objectifs consiste à rendre les activités amont et aval tout au long de la chaîne de valeur, des biens achetés aux produits vendus, les plus neutres possible sur le plan climatique. D’ici 2030, la valeur des émissions associées (Scope 3) devrait baisser de 15 %, soit plus de 50 millions de tonnes par an. Pour ce faire, Bosch s’est engagé auprès de la Science-Based-Target Initiative en tant que premier équipementier automobile à un objectif mesurable. En outre, l’entreprise réunit dans la nouvelle société de conseil « Bosch Climate Solutions », les connaissances et l’expérience de près de 1 000 experts dans le monde entier et de plus de 1 000 projets d’efficacité énergétique. « Nous voulons également mettre notre expérience à la disposition d’autres entreprises sur la voie de la neutralité carbone », a justifié Volkmar Denner.

Marché en croissance pour l’Europe : l’hydrogène

« La protection du climat est vitale pour l’humanité – elle coûte cher, mais l’inaction revient encore plus cher », a souligné Volkmar Denner. « La politique doit ouvrir la voie à plus d’inventivité dans les entreprises pour utiliser la technologie au profit de l’environnement – sans nuire à la prospérité. »

Selon Volkmar Denner, il est important de mener une vaste offensive technologique qui ne se contente pas de privilégier un mode électrique sur batterie pour la mobilité durable, mais qui, outre des moteurs à combustion efficaces, tient surtout compte des eFuels et de la pile à combustible. Le chef d’entreprise a appelé à une entrée courageuse dans l’économie de l’hydrogène et dans la production d’eFuels, au lendemain de la crise du coronavirus. D’après lui, c’est le seul moyen de rendre l’Europe neutre sur le plan climatique d’ici 2050. « Les applications actuelles de l’hydrogène doivent sortir des laboratoires qui expérimentent dans des conditions réelles et entrer dans l’économie réelle », a déclaré Volkmar Denner. Il a en appelé à la politique pour promouvoir les technologies nécessaires. « Nous pouvons ainsi atteindre des objectifs climatiques ambitieux », a encouragé Volkmar Denner.

Prêt pour l’hydrogène : piles à combustible mobiles et stationnaires

La protection du climat accélère les changements structurels dans de nombreux secteurs. « Dans l’industrie automobile comme dans les techniques du bâtiment, l’hydrogène gagne en importance. Bosch y est très bien préparé », explique Volkmar Denner. Bosch prépare déjà avec son partenaire Powercell l’industrialisation du stack d’une pile à combustible mobile en vue de l’utilisation dans les véhicules. La mise sur le marché est prévue pour 2022. L’entreprise entend ainsi se positionner avec succès sur un autre marché en pleine croissance : dès 2030, un véhicule poids lourd neuf sur huit pourrait être équipé d’une pile à combustible. Sur les piles à combustible stationnaires, Bosch travaille avec son partenaire Ceres Power. Celles-ci peuvent par exemple être utilisées pour alimenter des centres de données. Bosch table déjà sur un volume de marché de plus de 20 milliards d’euros en 2030 pour les centrales de piles à combustible.

Groupes motopropulseurs et technologies de chauffage : électrification du portefeuille de produits

« Dans une logique de protection du climat, les solutions électriques se limiteront dans un premier temps à compléter les solutions des moteurs à combustion interne, qui ont dominé le marché jusqu’à présent », a souligné Volkmar Denner. C’est pourquoi Bosch mise sur le développement des groupes motopropulseurs selon une approche de neutralité technologique. Selon ses études de marché, Bosch prévoit qu’en 2030, encore deux véhicules neufs sur trois seront équipés d’un moteur diesel ou essence, avec ou sans système hybride. Pour cette raison, l’entreprise continue également d’investir dans les moteurs à combustion haute efficacité. Ainsi, avec le nouveau système d’échappement de Bosch, les moteurs diesel n’émettent presque plus d’oxyde d’azote, comme l’ont déjà démontré des tests indépendants. Bosch poursuit également le développement du moteur essence : les optimisations moteur et l’efficacité du post-traitement des gaz d’échappement permettent d’être environ 70 % en-dessous de la valeur limite de particules de la norme Euro 6d temp. Bosch s’engage en outre pour les carburants renouvelables, étant donné que le parc de véhicules déjà existant doit également contribuer à la réduction des émissions de CO2. Les eFuels, ou carburants de synthèse, exclusivement produits à partir d’énergie renouvelable, peuvent rendre le moteur à combustion interne neutre en CO2. Selon Volkmar Denner, il serait donc judicieux de prendre en compte ces eFuels dans la consommation des flottes, plutôt que de renforcer la réglementation CO2 pour les seules émissions des véhicules.

Par ailleurs, Bosch entend devenir leader sur le marché de l’électromobilité. Pour ce faire, l’entreprise investit environ 100 millions d’euros cette année dans ses usines d’Eisenach et d’Hildesheim pour la production de systèmes de groupes motopropulseurs électriques. L’électrification fait également son entrée dans le secteur de la thermotechnologie, par exemple dans la modernisation des systèmes de chauffage. « Selon nous, l’électrification va se développer sur les dix prochaines années dans le secteur du chauffage », prédit Volkmar Denner.

Dans ce contexte, Bosch investit 100 millions d’euros supplémentaires dans l’activité des pompes à chaleur et entend poursuivre son développement et doubler ses parts de marché.

Exercice 2019 : se maintenir dans un contexte de marché faible

« Dans le contexte d’une conjoncture mondiale encore affaiblie et d’une baisse de 5,5 % de la production automobile, le Groupe Bosch s’est bien maintenu en 2019 », a expliqué Stefan Asenkerschbaumer. Avec 77,7 milliards d’euros générés grâce à une multitude de succès produits, le chiffre d’affaires n’a été que de 0,9 % inférieur au niveau de l’année précédente, avec une baisse de 2,1 % en fonction des variations des taux de change. Le Groupe Bosch a dégagé un bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) de 3,3 milliards d’euros. La marge d’exploitation a ainsi atteint 4,2 %. Hors éléments extraordinaires positifs, notamment la vente des activités de machines d’emballage, la marge ressort à 3,5 %. « Outre des investissements importants, la faiblesse de la constitution des marchés tels que la Chine et l’Inde, la baisse continue de la demande de diesel pour les voitures et les coûts de restructuration élevés, en particulier dans le secteur de la mobilité, ont pesé sur la note des résultats », a déclaré le directeur financier, Stefan Asenkerschbaumer. Avec un ratio dettes sur capitaux propres de 46 % et un flux de trésorerie de 9 % du chiffre d’affaires en 2019, Bosch dispose d’une assise financière solide. Les dépenses pour la recherche et le développement ont grimpé à 6,1 milliards d’euros, soit 7,8 % du chiffre d’affaires. Avec cinq milliards d’euros, les capex sont légèrement supérieurs à ceux de l’an dernier.

Exercice 2019 par secteur d’activité

Le domaine Solutions pour la mobilité a réalisé un chiffre d’affaires de 46,8 milliards d’euros malgré la baisse de la production automobile mondiale. Le chiffre d’affaires a ainsi été inférieur de 1,6 % à celui de l’année précédente et de 3,1 % en tenant compte des variations de change. Le plus gros contributeur de Bosch a ainsi connu un développement meilleur que les indicateurs de production mondiale. La marge d’exploitation a atteint 1,9 % du chiffre d’affaires. Dans le domaine Biens de Consommation, l’activité a augmenté au cours de l’année. Le chiffre d’affaires a atteint 17,8 milliards d’euros. La baisse est de 0,3 %, 0,8 % en tenant compte des variations de change. Avec 7,3 % du chiffre d’affaires, la marge d’exploitation est inférieure à l’année précédente. Le domaine Techniques industrielles a ressenti la baisse du marché de l’équipement industriel, mais a progressé de 0,7 % en chiffre d’affaires pour atteindre 7,5 milliards d’euros, mais a légèrement diminué de 0,4 % en tenant compte des variations de change. Sans l’élément exceptionnel lié à la vente de la division Techniques d’emballage, la marge d’exploitation s’établit à 7 % du chiffre d’affaires. Dans le domaine Techniques pour les Energies et les Bâtiments, les recettes ont augmenté de 1,5 % pour atteindre 5,6 milliards d’euros, 0,8 % en tenant compte des variations de change. La marge d’exploitation s’élève à 5,1 % du chiffre d’affaires.

Exercice comptable 2019 par région

L’activité a évolué différemment selon les régions pour Bosch en 2019. En Europe, le chiffre d’affaires, à 40,8 milliards d’euros, a été inférieur de 1,4 % à celui de l’exercice précédent, 1,2 % en tenant compte des variations de change. En Amérique du Nord, les recettes ont augmenté de 5,9 % pour atteindre 13 milliards d’euros, seulement 0,6 % en tenant compte des variations de change. En Amérique du Sud, le chiffre d’affaires a augmenté de 0,1 % pour atteindre 1,4 milliard d’euros, 6 % toutefois en tenant compte des variations de change. L’effondrement de la production automobile en Inde et en Chine s’est répercuté en Asie-Pacifique (Afrique comprise). Le chiffre d’affaires a baissé de 3,7 %, pour atteindre 22,5 milliards d’euros, impacté par une baisse de 5,4 % due au taux de change.

Collaborateurs : un sur cinq travaille en Recherche & Développement

En date du 31 décembre 2019, le Groupe Bosch employait 398 150 collaborateurs dans plus de 440 filiales et sociétés régionales réparties dans 60 pays. La baisse de 2,9 % du nombre de collaborateurs par rapport à l’année précédente s’explique principalement par la vente de la division Techniques d’emballage. Au total, près de 72 600 spécialistes travaillent en recherche et développement chez Bosch, soit près de 4 000 de plus que l’année précédente. Le nombre d’ingénieurs logiciels dans l’entreprise a augmenté de plus de 10 % en 2019, pour atteindre environ 30 000 collaborateurs.

Contact Robert Bosch France :

Directrice Communication et Affaires publiques

Florence Melin

Tél : +33 1 40.10.74.24

Contact presse :

B2P Communications Consulting

Benjamin Lory

Tél : +33 6 43.67.18.30

Pendant la crise du coronavirus, Bosch poursuit les innovations technologiques et ses actions dans la protection du climat

Téléchargez le communiqué de presse

Pendant la crise du coronavirus, Bosch poursuit les innovations technologiques et ses actions dans la protection du climat

Le Groupe Bosch est un important fournisseur mondial de technologies et de services. Avec un effectif d’environ 400 000 collaborateurs dans le monde, le Groupe Bosch a réalisé un chiffre d’affaires de 77,7 milliards en 2019. Ses activités sont réparties en quatre secteurs d’activité : Solutions pour la Mobilité, Techniques Industrielles, Biens de Consommation et Techniques pour les Energies et les Bâtiments. En tant que société leader de l’Internet des objets (IoT), Bosch propose des solutions innovantes pour les maisons intelligentes, la mobilité connectée et l’industrie connectée. Bosch conçoit une vision de la mobilité qui est durable, sûre et passionnante. Le Groupe utilise son expertise en matière de technologie des capteurs, de logiciels et de services, ainsi que son propre Cloud IoT pour offrir à ses clients des solutions inter-domaines et connectées à partir d’une source unique. L'objectif stratégique du Groupe Bosch est de faciliter la vie avec des produits et des solutions connectés qui fonctionnent avec l'intelligence artificielle (IA) ou qui ont été développés et fabriqués avec son aide. Bosch améliore la qualité de vie dans le monde entier grâce à des produits et des services innovants qui suscitent l'enthousiasme. Bosch crée ainsi des « Technologies pour la vie ». Le Groupe Bosch comprend la société Robert Bosch GmbH ainsi qu’environ 440 filiales et sociétés régionales réparties dans près de 60 pays. En incluant les partenaires commerciaux, le réseau international de production, d’ingénierie et de ventes, le Groupe Bosch couvre la quasi-totalité des pays du globe.

La force d’innovation du Groupe Bosch est un élément clé de sa croissance. Bosch emploie près de 72 600 collaborateurs en recherche et développement répartis sur 126 sites dans le monde et quelque 30 000 ingénieurs logiciels.

L’entreprise a été créée par Robert Bosch (1861-1942) en 1886 à Stuttgart sous le nom de « Werkstätte für Feinmechanik und Elektrotechnik » (Ateliers de mécanique de précision et d’électrotechnique). La structure particulière de la propriété de la société Robert Bosch GmbH garantit la liberté d’entreprise du Groupe Bosch. Grâce à cette structure, la société est en mesure de planifier à long terme et de réaliser d’importants investissements initiaux pour garantir son avenir. Les parts de capital de Robert Bosch GmbH sont détenues à 92 % par la fondation d’utilité publique Robert Bosch Stiftung GmbH. Les droits de vote liés à ce capital social sont confiés majoritairement à la société en commandite Robert Bosch Industrietreuhand KG, qui exerce la fonction d’associé actif. Les autres parts sont détenues par la famille Bosch et par la société Robert Bosch GmbH.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site www.bosch.fr, www.bosch-presse.de, www.twitter.com/BoschPresse et www.twitter.com/BoschFrance.

Partagez sur :

Contact

Contacts presse :

Bénédicte de Peretti
Agence B2P Communications Consulting
Téléphone
Florence Melin

Contactez-nous

Florence Melin
Directrice de la Communication et des Affaires Publiques Robert Bosch France (SAS)
E-mail

Pour envoyer un message

Contactez-nous

Contactez-nous

Nous vous répondrons dans les meilleurs délais. Prix de l'appel : 0,05€ / min + prix d’un appel local depuis un poste fixe.
Téléphone

Pour envoyer un message

Discutez avec nous

Vous avez des questions ou des suggestions à nous faire part ? Prenez contact avec nous ! Nous sommes disponibles de 8h00 à 20h00.

Autres actualités